Archive

Français

Les femmes de Vallotton ne sont pas vraiment belles, ni mystérieuses, ni même poétiques ou particulièrement sensuelles. Même lorsqu’elles le devraient. Comme ici avec ses trois baigneuses.

Félix Vallotton Trois Baigneuses, 1894. Gravure. Museum of Modern Art, New-York.

Félix Vallotton
Trois Baigneuses, 1894.
Gravure.
Museum of Modern Art, New-York.

Si on les compare avec les baigneuses de Gérôme, on constate une vraie différence dans le traitement des figures même si la composition est finalement similaire. Chez Gérôme une vraie poésie émerge de la toile alors que les baigneuses de Vallotton sont plus ludiques.

Jean Léon Gérôme. Les Baigneuses. Collection privée.

Jean Léon Gérôme.
Les Baigneuses.
Collection privée.

Oui je sais, il faut comparer ce qui est comparable et se baser  sur une œuvre peinte et non pas une gravure. Très bien. Nouvel tentative avec l’enlèvement d’Europe :

Félix vallotton Enlèvement d’Europe, 1908. Berne, Kunstmuseum.

Félix vallotton
Enlèvement d’Europe, 1908.
Berne, Kunstmuseum.

Chez Vallotton, l’on constate qu’Europe manque de grâce, elle tente de ne pas glisser du dos de Jupiter métamorphosé en taureau pour l’occasion. En revanche, Albani présente une Europe qui maitrise le délicat exercice de se tenir à cheval sur le dos trempé d’un taureau.

Francesco Albani L’enlèvementd’Europe, 1640-1645. Huile sur toile, 170 x 224 cm.

Francesco Albani
L’enlèvementd’Europe, 1640-1645.
Huile sur toile, 170 x 224 cm.

Les femmes de Vallotton ne sont pas très distinguées, ni très belles mais elles sont sublimes dans leurs quotidien, lors qu’elles sont représentées dans des scènes banales qui correspondent à la réalité et non pas à une mythologie grecque ou fantasmée.

Félix Vallotton. Femmes à leur toilette, 1897. Musée d'Orsay, Paris.

Félix Vallotton.
Femmes à leur toilette, 1897.
Musée d’Orsay, Paris.

Vallotton ne triche pas. Il représente les femmes telles qu’elles ne souhaitent pas se montrer d’abord. Et c’est dans ces instants furtifs que Vallotton montre toute la sensibilité dont il est capable.

Vous retrouverez toutes (ou presque) les œuvres de Félix Vallotton dans l’excellent ouvrage de Nathalia Brodskaia, « Félix Vallotton : le Nabi étranger ». Il s’agit d’une Étude détaillée de la biographie, de l’œuvre, mais aussi de la carrière de l’artiste.

www.felix-vallotton.com/

Les Nabis n’étaient un groupe que par leur nom ; aucune unité stylistique, aucun rapport en commun hormis le fait d’être amis et même aucun médium précis.

Contrairement aux impressionnistes dont les désaccords sur la pratique et les méthodes artistiques entre Renoir et Pissarro conduiront à la séparation du groupe.

Les Nabis eux s’en fichent, ils s’essayent à tous les arts depuis la céramique aux décors de théâtre et sont d’accord sur une seule chose : ils refusent le réalisme et recherchent simplication de la  forme et des couleurs. Cela conduit donc à des paradoxes et des inspirations au sein du même groupe. Ainsi, deux tendances s’affirment : les bretonnes et le Moyen Age d’un côté et le Japonisme de l’autre.

Pierre Bonnard (gauche) Femmes au jardin : femme assise au chat, 1891 Détrempe à la colle sur toile, panneau décoratif, 160,2 x 47,8 cm. Musée d'Orsay, Paris. ©ADAGP - photo musée d'Orsay / rmn Paul Sérusier(droite) Deux Bretonnes sous un pommier en fleurs, 1892 Huile sur toile, 73,5 x 60,5 cm Museo Thyssen-Bornemisza, Madrid © Colección Carmen Thyssen-Bornemisza en depósito en el Museo Thyssen-Bornemisza

Pierre Bonnard (gauche)
Femmes au jardin : femme assise au chat, 1891
Détrempe à la colle sur toile, panneau décoratif, 160,2 x 47,8 cm. Musée d’Orsay, Paris.
©ADAGP – photo musée d’Orsay / rmn
Paul Sérusier(droite)
Deux Bretonnes sous un pommier en fleurs, 1892
Huile sur toile, 73,5 x 60,5 cm
Museo Thyssen-Bornemisza, Madrid
© Colección Carmen Thyssen-Bornemisza en depósito en el Museo Thyssen-Bornemisza

Et Vallotton, alors ? En quoi est-il un nabi ? On l’a déjà vu ici, l’art de Vallotton est si éclectique qu’il laisse perplexe. Read More

Die Jahrhundertwende vom 19. zum 20. Jahrhundert war in jeder Hinsicht eine Zeitenwende, die im Spannungsfeld der beiden Pole der etablierten Traditionen einerseits und der immer schneller voranschreitenden Moderne andererseits gesehen werden muss. In allen Bereichen öffneten sich bisher ungekannte Möglichkeiten mit teils enormen Auswirkungen auf die gesamte Gesellschaft.

Diese Veränderungen wirkten sich auch auf die Kunst aus.Gegen Ende des 19. Jahrhunderts tat sich schließlich eine Gruppe von Künstlern zusammen, die sich selbst als Propheten bezeichnete. Innerhalb dieser Gruppe, die unter anderem Künstler wie Paul Ranson und Paul Sérusier versammelte, findet sich auch der gebürtige Schweizer Félix Édouard Vallotton, auch der Fremde Nabi genannt.

Félix Vallotton: Frau mit Dienstmagd beim Baden, 1896. Öl auf Karton, 52 x 66 cm. Privatsammlung.

Félix Vallotton: Frau mit Dienstmagd beim Baden, 1896. Öl auf Karton, 52 x 66 cm. Privatsammlung.

Doch welche Botschaft hatten diese Künstler? Read More

La vie amoureuse de Félix Vallotton s’apparente à un épisode palpitant de soap opéra.

Il y eut deux femmes dans sa vie : Hélène Chatenay et Gabrielle Rodrigues-Henriques. L’une est ouvrière, l’autre est la fille d’un marchand de tableau, Alexandre Bernheim.

Il vit avec Hélène Chatenay jusqu’en 1899, moment ou il décide d’épouser Gabrielle, jeune veuve et mère de trois enfants, faisant ce qu’il appelle un « mariage raisonnable ».

Avec l’une, il vit sur la rive gauche à Paris, de ses gravures qui connaissent un franc succès. Avec l’autre, il vit sur la rive droite, à les moyens de reprendre la peinture, vend et supporte les caprices et les critiques de sa nouvelle famille.

Hélène Chatenay dit « Tonton », est le modèle de Vallotton notamment pour La Malade. Le rendu délicat de la nuque à lui seul montre l’attachement de l’artiste pour elle.

La Malade, 1892.

La Malade, 1892.

Plus tard, il peint des portraits de sa femme Gabrielle qui n’expriment pas la même poésie. Read More

Cyniques, drôles, critiques acerbes ou parfois poétiques… Les gravures de Félix Vallotton s’éloignent définitivement de l’image un peu barbante que vous pouviez vous faire de l’art de la gravure.

Vous pouvez me croire, elles sont vraiment drôles ! Comme cette snob qui tente de garder toute sa dignité malgré un gros coup de vent :

Le /coup de Vent, 1894. Xylographie.

Le Coup de Vent, 1894.
Xylographie.

Ses gravures qui dépeignent en toute simplicité la vie quotidienne parisienne, permettront à Vallotton de se faire un nom. Non seulement en France, mais partout dans le monde.

On comprend pourquoi en observant La Paresse ; ici Vallotton a su capter un instant que je trouve magique. En choisissant cette scène anodine, l’artiste en fait un sujet a part entière qui nous parle à tous. Read More

Vallotton le Nabi étranger, Vallotton le graveur, Vallotton le portraitiste, Vallotton le peintre de paysage, Vallotton peintre postimpressionniste, Vallotton peintre de la modernité artistique…

À l’encontre des fondements mêmes de l’histoire de l’art et de ses principes méthodologiques, il est impossible de classer Félix Vallotton définitivement dans une catégorie. Il suffit de comparer ces deux toiles pour le comprendre :

à gauche: Le Bain au soir d'été, 1892-93, Kunsthaus de Zurich droite: La Malade, 1892, Huile sur toile 74 x 100 cm, © Coll.Part.

Gauche: Le Bain au soir d’été, 1892-93, Kunsthaus de Zurich
Droite: La Malade, 1892, Huile sur toile 74 x 100 cm, © Coll.Part.

Toutes deux réalisées la même année, ces tableaux nous montrent à quel point Vallotton est insaisissable. La nuque de la malade est saisissante de réalisme et si l’on colle son nez sur l’écran, on aperçoit les reflets d’une fenêtre invisible dans les bouteilles posées sur la table de chevet. D’un autre côté, les femmes au bain sont constituées de grands aplats de couleurs et se rapprochent presque de l’illustration.
Les choses sont claires : il se moque de nous, pauvres historiens de l’art.

Néanmoins, il y a un domaine dans lequel Vallotton n’a pas semblé être a son aise ; la peinture de guerre.

Comment exprimer l’horreur de la guerre ?

Cette question a du être sur toutes les lèvres, dans tous les esprits, mais peu d’artistes ont réellement cherché à l’interpréter dans leurs toiles.

Étrangement, le secrétaire d’État aux Beaux-Arts, Albert Dalimier, a institué des missions artistiques aux Armées en 1916, afin de constituer une collection nationale d’art moderne sur le conflit. Pourquoi vouloir constituer une galerie d’art consacrée à la guerre ? Aujourd’hui cette démarche m’échappe ; que penserait l’opinion publique d’Aurélie Filippetti, si elle lançait un appel d’offre pour envoyer des artistes suivre l’armée française au combat, afin de constituer une collection ? Read More